Pêche à la mouche : 6 conseils pour bien débuter

Dans une eau douce, lac ou rivière, attraper un poisson, notamment une truite, ou un ombre, n’est pas toujours évident pour un débutant. Activité complète, alliant sport et loisir, la technique de la mouche est une manière de se découvrir une nouvelle passion. Il s’agit d’une technique qui repose sur la propulsion d’un insecte artificiel, afin de tromper le poisson, et de le saisir facilement. Pour y arriver, quelques points méritent d’être observés.

La pêche à la mouche est très documentée sur le web car très populaire et prisée lors de grandes compétitions. Il y a même une fédération nationale : la FFPML. Nous allons cependant, durant cette courte introduction au sujet, tenter de vous dévoiler les 6 points essentiels à connaître avant de débuter et de vous lancer dans une partie de pêche à la mouche. Grâce à ces conseils, vous verrez, cela deviendra un vrai jeu d’enfants !

1. Choisissez le bon matériel

Quel type de mouche utiliser ?

La mouche artificielle existe en plusieurs types, entre autres les salmonidés, les carnassiers, celle d’eau douce et celle d’eau de mer. Ainsi, le choix varie en fonction de la destination.

Choisir la bonne canne à mouche ?

La bonne taille de la canne à mouche dépend de l’endroit de la pêche. Elle doit être adaptée à la situation, tant en longueur qu’en puissance. Afin de trouver les plus réputées, un tour ici s’impose.

Adopter le type de moulinet adéquat

Le moulinet mouche s’avère être un élément secondaire pour l’équipement destiné à cette activité. Afin de trouver l’accessoire approprié, Easyfly dispensera des conseils adéquats aux adeptes de cette discipline. Un accessoire anticorrosion sera plus résistant.

2. Choisissez des petits courants

Les petits courants sont des endroits appropriés pour la pratique. Les conditions de ces lieux sont idéales étant donné que les truites ne perdent pas du temps à observer la mouche avant de l’avaler. Elles ont même tendance à se jeter sur tout ce qui bouge. Outre cela, le pêcheur peut garder un œil vigilant sur sa mouche à tout instant.

peche à la mouche dans des petits courants

3. Apprendre à regarder et à « lire » l’eau

La pêche à la mouche nécessite une bonne connaissance des sites préférés des poissons à attraper. Un bon sens de l’observation est requis pour identifier les lieux propices. Savoir reconnaître les besoins biologiques permet de faire cette lecture des eaux, à savoir la sécurité, l’abri, les éléments nutritifs, le confort et la reproduction. Ainsi, un lieu bien à l’abri, profond et couvert, avec une eau tempérée et propre sera le gîte parfait de la truite.

4. Choisissez un petit bas de ligne

Un petit bas de ligne est préconisé pour un novice. C’est un accessoire plus facile à monter, moins cher et plus discret. C’est le parfait amortisseur contre les coups de gueule du poisson attrapé.

5. Choisissez votre poisson dès le départ : les truites de ruisseau sont plus faciles

Les truites de ruisseau sont plus faciles à attraper. Elles s’abritent le plus souvent dans les crêtes, avec un fond rocailleux. Etant donné que des insectes y habitent, les truites seront des proies faciles en croyant que ce sont les véritables mouches qu’elles essaient d’avaler.

A tribute to carp from McLean Worsham on Vimeo.

 6. La pêche à la mouche sèche

Cette technique, appelée aussi mending, consiste à une lancée de la soie vers l’amont. La mouche sèche déposée sur la surface de l’eau a la taille d’un insecte adulte. Il s’agit en gros d’inciter la truite à gober. Elle convient surtout dans les courants.

Quelques adresses de sites spécialisés pour continuer à progresser :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *