Vous souhaitez vous offrir un excellent moment de détente en Guadeloupe ? Si oui, alors vous allez adorer visiter les chutes du Carbet qui se déploient au cœur de la forêt tropicale du Parc National de la Guadeloupe. Chaque année, ces trois chutes, qui font d’ailleurs partie des plus impressionnantes des Petites Antilles, offrent un spectacle des plus grandioses aux amoureux de la nature. Voici tout ce qu’il faut savoir pour bien préparer sa visite.

Sommaire

La petite histoire des chutes du Carbet

Les chutes du Carbet constituent l’un des sites les plus visités de la Guadeloupe. Mais si elles drainent autant de monde, ce n’est pas seulement parce qu’elles sont spectaculaires. Bon nombre de visiteurs se rendent aussi sur place dans le but de s’imprégner de leur histoire.

A découvrir également : Comment réussir son entretien pour obtenir un visa USA ?

Pour le peu que l’on en sait, c’est en grande partie à ces magnifiques chutes que la Guadeloupe doit son surnom de « Karukera », qui signifie en français « l’Île aux belles eaux ». L’histoire révèle que ce surnom était jadis utilisé par les Indiens des Caraïbes pour désigner cet espace de terre entouré d’eau et ce, bien avant l’arrivée des Européens au XVe siècle.

De son côté, la rivière du Grand Carbet, qui prend sa source sur le flanc Est de la Soufrière, doit son appellation au village amérindien éponyme. Celui-ci était effectivement composé de carbets. Il s’agit de grandes cases ouvertes, utilisées comme abris et installées à proximité de l’embouchure de la rivière.

A lire en complément : Cracovie : Perle de l'Europe de l'Est

D’après une légende locale, Christophe Colomb aurait aperçu les deux premières chutes, qui sont d’ailleurs les plus hautes, depuis le rivage de Capesterre-Belle-Eau. Et attiré donc par elles, il finit par débarquer en Guadeloupe en 1493.

Les chutes du Carbet, pour des promenades à couper le souffle

Les chutes du Carbet sont en général accessibles par des chemins de randonnées. En promenade, il faut souvent, entre une et trois heures de marche au départ du belvédère de l’accueil du parc pour atteindre la 1ère chute du Carbet. Vous pourrez y accéder par le biais du parking aménagé près de la rivière Grand-Carbet.

La 1ère chute du Carbet

La visite de la 1ère chute du Carbet s’effectue généralement en deux grandes étapes. Cette chute, qui est aussi la plus haute, est située à 115 mètres d’altitude. La plupart des visiteurs choisissent généralement de commencer la balade par cette impressionnante cascade.

Si vous envisagez en faire de même, il vous faudra alors bien vous y préparer, car l’aller-retour dure habituellement 3 bonnes heures avec un accès final assez ardu. Pensez donc à emporter avec vous un bon équipement (chaussures de marche, chapeau, eau, etc.).

Tout au long de cette longue promenade, vous aurez également à braver certains passages délicats comme la ravine Longueteau (Capesterre-Belle-Eau). Il faut noter que ce passage est particulièrement dangereux par temps de pluie.

En effet, les crues soudaines et violentes y sont très fréquentes. Il faudra par conséquent, vous montrez prudent et évitez toute mauvaise initiative qui pourrait compromettre votre sécurité durant votre balade.

Par ailleurs, pour visiter la première chute du Carbet, vous devez arriver au départ du sentier avant 13h pour pouvoir terminer votre visite avant la fermeture du bureau à 16h30.

La 2e chute du Carbet

Le sentier qui mène à la deuxième chute du Carbet est non seulement le plus simple à pratiquer, mais aussi le plus rapide. En effet, il ne faut en moyenne qu’une trentaine de minutes pour atteindre cette cascade du Carbet, qui est la deuxième plus haute.

Cela est possible grâce surtout aux passerelles ou grilles qui ont été construites dans cette forêt humide dans laquelle les activités sismiques et les intempéries ont complètement remodelé le relief. Il vous faudra néanmoins vous montrer prudent durant cette promenade à couper le souffle pour en profiter pleinement et atteindre cette chute de 110 mètres de hauteur que vous pourrez observer depuis un pont suspendu pour des raisons de sécurité.

En effet, les risques d’éboulement sont généralement importants au pied de cette chute du Carbet. C’est d’ailleurs pourquoi vous devez rester attentif aux recommandations des agents du site et faire preuve de prudence pendant toute la durée de votre promenade.

La 3e chute du Carbet

Bien que la troisième chute du Carbet soit la moins haute des trois (environ 20 mètres d’altitude), elle n’a rien à envier aux autres pour la simple et bonne raison qu’elle possède le débit d’eau le plus impressionnant. Il serait du coup dommage de manquer un tel spectacle. Vous pourrez l’admirer au bout d’une randonnée d’une heure ou deux en fonction de l’itinéraire que vous aurez emprunté.

En effet, en partant du nord, il faut en moyenne 2 heures de marche depuis l’aire d’accueil pour arriver à la plus célèbre cascade du Carbet. En revanche, en venant du sud, c’est-à-dire de Capesterre-Belle-Eau, il faut compter une heure de marche à partir des quartiers de Routhiers et de Petit-Marquisat. Mais attention ! il est possible que ce sentier ne soit toujours pas disponible au moment de votre visite. Car, il avait été fermé pour cause d’éboulement.

Quoi qu’il en soit, pour votre sécurité, veillez toujours à respecter les recommandations des agents d’accueil et à bien vous équiper afin de visiter dans les meilleures conditions possibles les chutes du Carbet.

Vous allez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *