Le GR5 traverse les Alpes sur des centaines de kilomètres (plus de 600 km), des glaciers du Mont-Blanc jusqu’aux effluves méditerranéennes des contreforts du Mercantour. Cette randonnée est composée d’environ 40 étapes et permet de vivre une magnifique expérience au cœur de la diversité. Les paysages sont en effet marqués par des lacs d’émeraude, des alpages verdoyants, des villages anciens… Si vous êtes intéressé par ce parcours, alors vous trouverez toutes les informations essentielles à ce propos dans ce guide.

Sommaire

GR5 : présentation

Le parcours du GR5 commence sur les rives du Léman avec comme premier but la Tarentaise. La première section se fait à travers les Préalpes Savoyardes jusqu’au Mont-Blanc, en toile de fond du Beaufortain et des Fic.

A lire en complément : Comment s’alimenter lors d’une grande randonnée ?

Suite à deux semaines de randonnée, la Vanoise apparaît avant de laisser la place au fameux massif du Thabor. Au niveau des grands paysages de l’Ubaye et du Queyras, le GR5 fait son entrée au sein des Alpes du soleil, de plain-pied. On aperçoit ainsi le Sud qui est proche sur le littoral. Les derniers remparts précédant la mer méditerranée sont les vallées de la Tinée, du Var ou de la Bévèra, après un mois et demi de Trekking.

Pour vous préparer à la randonnée du GR5, il faudra faire preuve d’organisation et vous préparer sur tous les plans. En ce sens, prévoyez des équipements adaptés ainsi que tous les matériels indispensables pour un trek dans les meilleures conditions.

A lire également : Les Glénans

Lieux et niveau

Dans sa zone Alpine, le GR5 s’étire entre le Léman, c’est-à-dire le Thonon et la méditerranée (Nice) à travers les massifs du Chablais, du Faucigny, du Mont-Blanc, du Haut Giffre, du Thabor, de la Vanoise, du Beaufortain, du Queyras, de la Tinée, de la Haute-Ubaye, du Mercantour, de la haute-Roya, de la Haute-Vésubie…

Notez que le GR5 est destiné aux randonneurs entraînés : les journées peuvent comprendre plus de 1000 m de dénivelé négatif ou positif, et parfois même plus. Il sera alors difficile de se lancer sans avoir au préalable une solide expérience physique et mentale de la randonnée, que ce soit dans les Alpes ou une autre zone.

La période et durée du GR5

En principe, la saison du GR5 commence à partir de mi-juin jusqu’à mi-septembre. Pour précision, la période de début est marquée par des possibilités de neige/névés tardifs au niveau des cols du Mont-Blanc, Vanoise… L’arrière-saison, c’est-à-dire le mois d’octobre, est également propice et tranquille pour la pratique du GR5. Toutefois, les hébergements et les refuges sont souvent fermés à cette période.

Dans le cas où vous seriez en mesure d’effectuer des étapes longues de plus de 8 heures avec de gros dénivelés (plus de 1300 m), alors il est probable que le découpage puisse descendre en dessous de la barre des 30 jours.

Les records sur l’itinéraire sont inférieurs à 8 jours. De manière plus sereine, avec quelques jours de repos, vous pouvez compter 40 jours pour ce périple. La durée peut varier en fonction des variantes et de votre rythme de progression.

Les équipements indispensables

Pour ceux qui effectuent le parcours du GR5 et qui sont en liberté, en refuges, ils devront avant tout disposer d’un duvet moyen d’environ 5°C. Il vous faudra aussi un matelas leger, une cape de pluie, une veste imperméable, un polaire, des t-shirts, un pantalon, des shorts, une gourde souple, des sous-vêtements… À cela, s’ajoutent :

  • 2 changes de chaussettes ;
  • Une gourde de 1,5 litre ;
  • Des cartes géographiques ;
  • Un appareil photo ;
  • Des vivres de courses pour la nourriture ;
  • Etc.

Cela équivaut à un poids total de 8 à 10 kilos.

Pour ceux qui y vont en autonomie, ils auront besoin des éléments suivants :

  • Veste imperméable ;
  • Cape de pluie ;
  • Une gourde souple et un ou deux bidons d’un litre ;
  • Un matelas ;
  • Une tente bivouac ;
  • Un duvet de moins de 5°C ;
  • Des bouteilles de gaz ;
  • Un pique-nique ;
  • Des bâtons et une trousse de pharmacie ;
  • Etc.

Il existe une large possibilité d’hébergements disponibles lors de l’itinéraire. L’option « tout réserver » avant le départ devient un véritable cauchemar en cas de retard causé par la météo. Il est conseillé de fonctionner par tranche de 4 à 6 jours, sauf pour le cas des refuges. Les réservations sont généralement effectuées sur la période du 15 juillet au 15 août et doivent se faire à l’avance.

Vous allez également aimer :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *